Anonim
Durabilité Image

Le tourisme de masse a encore frappé. Sa dernière victime est Boracay, une belle île de quatre kilomètres carrés située aux Philippines, qui est devenue très populaire auprès des visiteurs à la recherche de belles plages et des eaux parmi les plus claires du monde.

Selon l'agence d'information philippine, le nombre de visiteurs a augmenté de 14% entre janvier et octobre 2017. Au cours de ces 10 mois, 1 669 751 touristes ont visité Boracay, soit 203 005 de plus par rapport à 2016 pendant la même période.

Cette forte augmentation, bien que financièrement bénéfique pour l’île, a transformé cet endroit magnifique en cauchemar pour la santé et l’environnement. L’AFP va jusqu’à dire que Boracay «se noie dans les excréments» et le président Rodrigo Duterte l’appelle un «cloaque».

Frederick M. Alegre, du ministère du Tourisme, a déclaré que «sur les 150 établissements commerciaux de Boracay récemment inspectés par le gouvernement, seuls 25 étaient raccordés à la canalisation d'égout». Les autres ont jeté les eaux usées brutes directement dans l'eau.

Condé Nast Traveler, qui avait décerné le titre de Meilleure île au monde à Boracay en 2017, mentionne d'autres problèmes auxquels Boracay est confrontée: «embouteillages, insuffisance de gestion des déchets solides, construction illégale, conflits liés à la propriété, pêche illégale… pour en nommer quelques-uns»

Malgré les objections de ceux dont les poches se sont remplies grâce au flux de visiteurs, l'île fermera ses portes aux touristes (étrangers et nationaux) le 26 avril pour une période de 6 mois au cours de laquelle, entre autres projets, un système d'assainissement plus complet être implémenté.

Bien que fermer l'île signifie annuler les vacances de centaines de milliers de personnes et mettre les habitants locaux qui vivent du tourisme dans une situation précaire, si rien n'est fait, Boracay deviendra un endroit que personne ne voudra visiter. Image

Image